Auteur : AshtrayHeart-x

Genre : T

Résumé : Ce que Gene ressent à partir du moment où Alex balance sa carte de police et jusqu'à ce qu'elle quitte le commissariat.

Disclaimer : Ashes to Ashes et ses personnages appartiennent à leurs propriétaires respectifs.

Note : Traduction française d'une fiction que vous pouvez lire en anglais ici.

HE, GENE HNUT


La carte de police avait atterrie avec violence sur le bureau. Typique, même dans un moment pareil, elle était trop têtue et trop fière pour la lui remettre en main propre. Il l'a regardé fixement, comme pour pouvoir mieux l'atteindre, lui rendre coup pour coup. Il a baissé son bras et s'est tourné vers son bureau pour la ramasser. Il l'a regardé elle, Alex Drake. Une femme qui lui inspirait le respect et en qui il avait une confiance absolue, bien plus qu'en sa propre famille. Une femme qu'il admirait, parce qu'elle était si différente. Maintenant, il avait vu la personne qu'elle était réellement et ça l'avait rendu malade. Une menteuse. Il s'est approché et lui a fait face, tentant de retenir ses larmes. Il ne voulait pas perdre la face pour quelque chose... quelqu'un de si lamentable.

"Je croyais vraiment que vous et moi..." Maintenant les larmes menaçaient encore plus de couler sur son visage. Il n'avait plus rien à perdre. "Je croyais qu'on était différents, qu'on avait un lien" Il l'a regardé, fixant intensément la fille perdue qu'il avait devant lui, ses yeux qui se remplissaient de larmes, sa lèvre inférieure qui tremblait. Il ne ressentait aucun remords, rien pour elle.

"On en a un." Elle a bredouillé ces mots tout en retenant un sanglot, comme un enfant qui pleure pour avoir une glace. Il a presque eu pitié d'elle, avant de se rappeler exactement ce qui se passait.

"Vous ne pouvez pas me dire la vérité." Il a prononcé ces mots amèrement, lui donnant une dernière chance de lui parler. Une chance, qu'il savait elle ne méritait pas. Pas après la façon dont elle lui avait craché à la gueule, pas après la façon dont elle l'avait pris pour un imbécile.

"Je l'ai fait. Je sais que vous ne pouvez pas comprendre mais je l'ai fait." Il a regardé ses yeux, qui le suppliaient presque. Il n'a jamais levé la main sur une femme, il les respectait. Mais tout de suite il aurait voulu frapper, envoyer des coups de poings séance tenante. Il lui avait donné une dernière chance et elle était restée fidèle à sa sordide histoire. Elle avait frappé un homme alors qu'il était à terre. Il n'avait pas de temps à perdre avec quelqu'un comme ça, une personne qui jouait avec lui comme on joue aux échecs. Le visage impassible, il regarda de haut son regard embué.

"Vous savez, je viens de réaliser à quel point vous êtes froide, Drake." Il a remarqué ses yeux changer d'expression quand il l'a appelé par son nom. Elle ne méritait pas qu'il s'adresse à elle par son grade, par un surnom ou même par son prénom. Il s'adressait à elle comme aux ordures qu'il avait l'habitude d'interroger. Elle était devenue semblable pour lui. "Vous m'avez dit une fois que vous aviez une fille..." Il a vu son regard désespéré alors qu'elle poussait un petit soupir. Il n'a pas eu pitié et a continué. "Mais vous ne lui téléphonez pas, vous ne parlez jamais d'elle..." Il l'a vu écarquiller les yeux, comme s'il la dégoutait. Elle n'avait pas le droit. Il poursuivit. "Vous n'essayez jamais de la voir." Il l'a vu venir, il avait dépassé les bornes et il s'en fichait. Mais il savait qu'il le méritait. Sa main est entrée en contact avec son visage sans pitié. Une larme a roulé quand elle l'a frappé. Il savait qu'il avait été trop loin, il le savait.

Il ne bouge pas, le visage toujours penché sur le côté. Il savait qu'elle le regardait comme s'il était un étranger. Un étranger pour lui-même qu'il était devenu depuis que son monde avait commencé à s'écrouler autour de lui. Il ne voulait pas la regarder. Même si son visage le piquait il ne ressentait rien. Il ne sentait plus rien, juste la douleur qui découlait de toute cette merde dans laquelle il nageait depuis plusieurs mois.

Sortant précipitamment de son bureau, il savait qu'il n'avait aucun contrôle sur ce qu'il avait fait après. Il l'a regardé partir, essayant de faire une sortie triomphale, faisant de lui le méchant de l'histoire. Il n'avait pas besoin d'elle, il allait gérer tout seul. Il a saisit la porte et l'a ouverte. Il savait que ce qu'il allait dire l'arrêterait net.

"J'y arriverai sans vous." Il l'a vu s'arrêter et le regarder fixement. Pas avec sa fougue habituelle, juste comme si elle avait été vaincue. Tout le monde dans la pièce avait détourné les yeux mais il ne l'avait pas remarqué quand il prononça les mots qu'ils regretteraient pendant très longtemps. "Et si vous osez vous mettre en travers de mon chemin, je jure devant Dieu que je vous tuerai." Il nota qu'elle n'avait même pas tressailli, comme si elle s'en fichait, comme si elle se moquait de mourir, presque comme si c'est ce qu'elle souhaitait même. Il l'a observé quand elle s'est tournée et qu'elle est sortie comme un ouragan du poste de police. En fin de compte ce serait la phrase la plus longue qu'il lui dirait jusqu'à ce qu'elle se réveille.

Tous ceux qui ont assisté à la scène sont trop choqués pour dire quoi que ce soit. Il n'avait pas bougé, toujours dans l'encadrement de la porte de son bureau, fixant la pièce du regard. La plupart des membres de son équipe ne l'ont pas regardé, restant loin de lui. Ray a osé lever les yeux et il a presque eu honte de lui. Il a fait la bonne chose, il le savait, il n'avait plus rien à perdre maintenant. Il a jeté un dernier coup d'oeil autour de lui, la colère illuminant son visage. Il est retourné dans son bureau, faisant claquer la porte derrière lui. Lui, Gene Hunt, Le Lion de Manchester, Gene le Génie, il était un homme brisé, vaincu, fini et, de même que les hommes comme lui, il était seul.

Menu Publicités